Bretagne Amitiés

/
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» x-Hack hack you
Lun 1 Aoû - 21:55 par Invité

» LES BLABLA DU MOIS DE MAI
Lun 17 Mai - 9:55 par annaëlle29

» BON PREMIER MAI
Dim 2 Mai - 14:54 par Molly

» LES BLABLAS DE MARS ET D' AVRIL
Sam 1 Mai - 0:17 par Bikettebreizh

» voyez une adresse comme si vous y étiez sur place
Mar 20 Avr - 19:52 par kosette

» HISTOIRES DRÖLES
Mar 13 Avr - 16:28 par Bikettebreizh

» pour aller sur une page que l 'on veut
Ven 9 Avr - 0:27 par kosette

» tour de remparts à st malo
Mer 31 Mar - 0:18 par kosette

» produits bretons et celtes
Dim 28 Mar - 19:49 par Bikettebreizh

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 14 le Ven 21 Avr - 4:55
Meilleurs posteurs
kosette
 
Molly
 
annaëlle29
 
Bikettebreizh
 
annie
 
D@sk
 
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland


weborama

Partagez | 
 

 Des principautés au duché : Bretons et Carolingiens

Aller en bas 
AuteurMessage
annaëlle29
Admin
avatar

Date d'inscription : 03/03/2010
Age : 71
Localisation : Moëlan sur mer

MessageSujet: Des principautés au duché : Bretons et Carolingiens   Jeu 18 Mar - 18:32

Des principautés au duché : Bretons et Carolingiens -

* 590 : premier texte de langue bretonne parvenu jusqu’à nous. Il sagit d’un traité de botanique. Ce document breton est bien antérieur au plus vieux texte français-roman qui date de 843. Source : Université de Leyde, Pays Bas.
* 753 :raid de Pépin le Bref.
* 786 : raid de Charlemagne, mené par le sénéchal Audulf.
* 798-799 : première conquête de la Bretagne par le comte Gui au nom de Charlemagne.
* 801 et 811 : soulèvements. Nouveaux raids de Charlemagne.
* 818, 824 et 837 : soulèvements et expéditions de Louis le Pieux
* 840 : mort de Louis le Pieux, ses fils se déchirent sur la question de la succession. Le Missaticum breton, confié par Louis au Breton Nominoë, se retrouve parmi les enjeux.
* 841 : Nominoë prête serment au roi de Francie occidentale Charles le Chauve.
* 843 : bataille de Messac : victoire d'Erispoë, fils de Nominoë, contre Renaud, comte d'Herbauge et préfet de la Marche de Bretagne, qui a tenté de sa propre initiative une attaque contre Nominoë malade. Marque le déclenchement des hostilité entre Charles le Chauve et Nominoë.
* 845 : bataille de Ballon. Victoire de Nominoë sur Charles le Chauve; un traité est conclu en 846. Nominoë est alors le souverain de la Bretagne. Reprise des hostilités en 849 : avec la déposition des évêques et leur remplacement par des bretons, Nominoë cherche à rendre son clergé indépendant de l'église franque. Raids en profondeur dans la Francie occidentale (Maine, Anjou, Poitou), prise des cités de Rennes et Nantes.
* 851 : mort de Nominoë en campagne près de Vendôme. Erispoë, son fils, lui succède, et écrase l'armée franque à Jengland. Traité d'Angers : Charles le Chauve concède les insignes de la royauté à Erispoë. La Bretagne devient maîtresse des comtés de Rennes et de Nantes ainsi que du pays de Retz.
* 856 : traité de Louviers.
* 857 : le roi de Bretagne Erispoë est assassiné par son cousin, Salomon, qui est couronné roi de Bretagne.
* 863 : traité d'Entrammes. Charles le Chauve concède la frange occidentale du Maine et de l'Anjou à Salomon en échange de la paix.
* 867 : traité de Compiègne. Concession de la péninsule du Cotentin et de l'Avranchin à Salomon. Extension maximale de la Bretagne.
* 868 : à Pîtres, Charles le Chauve reconnaît le titre royal à Salomon et à sa descendance.
* 874 : le roi Salomon est assassiné à son tour. S'ensuit une guerre civile où finissent par périr les deux prétendants, Gurvant et Pascweten, laissant la Bretagne de nouveau déchirée entre Judicaël et Alain.
* 888 : à la mort de Judicaël aux mains des Normands, Alain est couronné roi de Bretagne sous le nom d'Alain Ier dit « le Grand », et écrase les Normands.
* 907 : mort d'Alain Ier « le Grand ».

Après 907, les querelles des grands seigneurs affaiblissent la Bretagne. Au détriment des deux fils (Rudalt et Derien) et deux gendres d'Alain le Grand, Gurmaëlon, comte de Cornouaille se fait reconnaître roi. Les conflits entre seigneurs provoquent insécurité et anarchie. Les raids vikings reprennent, menés par les chefs Ohtor, Hroald et surtout Ragenhold. Des groupes s'installent en différents lieux d'implantation (notamment dans la région de Nantes). À partir de 919 la plupart des communautés religieuses fuient en Angleterre ou en France, bientôt imitées par la noblesse et les notables. De cet exode date la vénération des reliques de saints emportés par les moines dans les lieux de leur exil : celles de saint Corentin à Marmoutier, de saint Guénaël à Courcouronnes, de saint Samson à Saint-Symphorien d'Orléans et de saint Magloire à Paris.

En 936, Alain dit Barbe-Torte, fils du comte de Poher et petit-fils du roi Alain Ier dit le Grand, revenu d'Angleterre à l'appel de l'abbé Jean de Landevennec, rassemble les Bretons. Les Normands sont battus à Nantes en 937, puis à Trans le 1er août 939, date qui devint la fête nationale.

Une dispute ne tarde pas à naître entre la dynastie fondée par Alain Barbetorte, duc et comte de Cornouaille, et celle de Juhel Berenger comte de Rennes. Par alliances les Thibaldiens, comtes de Chartre et de Blois, contrôlent le comté de Rennes, les comtes d'Anjou le comté de Nantes.

En 987, le comte de Rennes Conan Ier triomphe des Bretons de Nantes et prend le contrôle de la Bretagne, sous la suzeraineté nominale des Capétiens.

Moyen Âge médian -
Motte castrale de Dinan, Bretagne
Agrandir
Motte castrale de Dinan, Bretagne

En 1066, Guillaume le Conquérant envahit et conquiert l'Angleterre. Il est accompagné de nombreux Bretons.

En 1076, il fait le siège de Dol. Le roi de France, Philippe Ier, l'oblige à lever le siège et donne du poids à la suzeraineté des Capétiens sur la Bretagne.

Geoffroi II, fils d'Henri II d'Angleterre, fiancé à l'héritière du duché, résiste à la tentative de son père d'annexer le duché aux possessions anglaises, durant son règne (1181-1186). Son fils Arthur fait de même (1186-1203).

En 1185, Geoffroi II signe l'Assisse du comte Geoffroi, qui interdit le démembrement des fiefs, ce qui renforce le régime féodal breton.

La Bretagne capétienne -

En 1209, Philippe-Auguste fit établir une convention pour régler le mariage de la jeune duchesse Alix (9 ans) avec le petit Henri (5 ans), fils du comte Alain de Penthièvre. Les barons breton rendent hommage à l'enfant Henri de Penthièvre.

Mais en 1213, dans le but de renforcer son pouvoir en Bretagne, le roi de France Philippe Auguste impose le prince capétien Pierre Mauclerc comme baillistre, c’est-à-dire administrateur du duché et tuteur de son fils, le duc Jean Ier de Bretagne. Ce fut Pierre Mauclerc qui introduisit les hermines dans le blason de la Bretagne. Il épouse la cause de son fief et défend son indépendance face au roi de France.

Moyen Âge tardif -
* 1341-1364 : Guerre de Succession de Bretagne ou guerre des Deux Jeanne, entre le demi-frère du dernier duc, Jean de Montfort, père du futur duc Jean IV, (bientôt soutenu par le roi d'Angleterre) et sa nièce, la comtesse Jeanne de Penthièvre mariée au neveu du roi de France, Charles de Blois.

À l'issue de la guerre de succession de Bretagne, une forme tempérée de la loi salique est introduite en Bretagne.

* 1351 : Combat des Trente.

* 1352 : les États de Bretagne, qui constitueront le Parlement de Bretagne, sont mis en place.

* 29 septembre 1364 : Bataille d'Auray : victoire de Jean IV et de la maison de Montfort qui était le parti breton opposé au candidat (Charles de Blois) du roi de France. La Paix est conclue par le premier traité de Guérande le 12 avril 1365 et l'abdication de la duchesse Jeanne.

* 1373 : Abandonné par sa noblesse, Jean IV repart en exil en Angleterre. Le roi de France Charles V nomme son frère le duc d'Anjou (époux d'une fille de Jeanne de Penthièvre & Charles de Blois) lieutenant-général en Bretagne.

* 1378 : Le roi de France tente d'annexer la Bretagne, ce qui provoque le rappel par les Bretons (y compris Jeanne de Penthièvre !) de Jean IV. Le second traité de Guérande (15 janvier 1381) règle la neutralité bretonne dans le conflit anglo-français mais Jean IV ne peut éviter de prêter l'hommage lige à Charles VI.

* 12 février-4 juillet 1420 : Attentat de Champtoceaux, le duc Jean V est enlevé par le comte de Penthièvre, fils de Jeanne de Penthièvre. Jeanne de France, duchesse de Bretagne, assiège les places rebelles et fait libèrer son mari qui confisque le biens des Penthièvre.

* François II participe aux alliances avec les états bourguignons, le duc Charles de Normandie, le duc d'Alençon ou le comte d'Armagnac contre le roi de France Louis XI, sans succès.

* 1464 : Parution du Catholicon, dictionnaire breton-latin-français de Jehan Lagadeuc qui est le premier dictionnaire trilingue du monde, le premier dictionnaire breton et le premier dictionnaire français de cette envergure.

* 1487 En mars 1487 une soixantaine de nobles bretons réunis chez Françoise de Dinan à Châteaubriant font appel à la régente de France pour chasser les conseillers du duc. Celle-ci, par son agent, André d' Espinay, archevêque de Bordeaux, promet 4000 hommes aux factieux, avec pour seul objectif avoué le départ de la cour du duc de Dunois et des autres féodaux français en exil. (source: L' État breton tome 2 de l' Histoire de la Bretagne et des Pays Celtiques, Morlaix, Skol Vreizh, 1966).

* En 1487, l' armée française pénètre en Bretagne. Les places frontières de Chateaubriant, Vitré, Ancenis et Clisson aux mains du parti français, s' ouvrent à elle. L' armée française atteint Vannes : elle est forte de 12000 hommes, dont cinq mille suisses et non de 4 à 6000 comme prévu et promis, ce qui est considérable. Ploërmel,qui résiste est prise et mise à sac. Les Français et leurs appuis bretons veulent en finir en prenant Nantes. La garnison et la population, aidées par des volontaires cornouaillais conduits par le marchand Michel Marion, rennais et guérandais, appuyés par des mercenaires anglais, allemands et hollandais, brisent le blocus.Le 6 Août 1487 après des semaines de combat, l'adversaire rebrousse chemin tout en s' installant à Vitré, Saint-Aubin du Cormier, Dol et Auray,entre autres. Ils doivent évacuer la Cornouaille où les paysans se soulèvent. Le baron de Rieux rallie le camp du duc et Vannes est libérée en mars 1488. (source: L' État breton tome 2 de l' Histoire de la Bretagne et des Pays Celtiques, Morlaix, Skol Vreizh, 1966)

* 28 juillet 1488 : Bataille de Saint-Aubin du Cormier : La campagne de 1488 est décisive (Avril et Juillet) :

L'assaillant français de la Bretagne, est renforcé de mercenaires suisses, d'une artillerie actionnée par des spécialistes italiens et suisses. Le pilonnage d'artillerie lui permet d'emporter villes et châteaux. Après la prise de Fougères, à 15000 contre 11000, l' aspect militaire du problême est réglé. La bataille de Saint-Aubin du Cormier opposa, le 28 juillet 1488, l'armée bretonne, composée 11500 hommes dont 7000 gentilhommes et francs archers bretons, 3000 Espagnols de Castille et Gascons venus par mer, 800 lansquenets allemands, reliefs de la petite armée de Maximilien de 1500 hommes, 300 Anglais, et qui était commandée par plusieurs chefs dont le capitaine Blher et le maréchal des Rieux, à l’armée française de 15000 hommes dont 5000 mercenaires suisses commandée par Louis de La Trémoille. L' artillerie française était la plus puissante d' Europe à l' époque. "6000 Bretons et alliés des Bretons restent sur la lande de Saint-Aubin du Cormier contre 1500 dans le camp français. Le nombre et la supériorité en armement ont fait la différence". (L' État breton tome 2 de l' Histoire de la Bretagne et des Pays Celtiques, Morlaix, Skol Vreizh, 1966)

* Août 1488 : Découragé, François II doit accepter le traité du Verger. Le traité fut signé le 19 août 1488. Le duc s' engageait à éloigné du duché les princes et tous les étrangers qui s' étaient mêlés de la guerre contre le roi de France; il ne marierait pas ses filles sans l'avis et l'agrément du roi de France; Saint Malo, Fougères, Dinan et Saint-Aubin seraient remis en garantie au roi dont les droits sur la succession ducale seraient réservés pour le cas où le duc décèderait sans enfant mâle.

Pour éviter un sursaut national comme à l' époque de Charles VI, le pacte laisse à la Bretagne son indépendance.Mais les ennemis du roi de France sont expulsés de la cour ducale et Anne, l'héritière du duché ne pourra se marier qu' avec l'accord du roi de France.

* Septembre 1488 Le duc François II meurt à Couéron "chargé d' ennuy, vieillesse et mélancolie".

François II avait bien à la légère conpromis son duché presque irrémédiablement."Les plaies profondes de l' État saignaient. Les forces de la nation étaient épuisées...les peuples foulés, la noblesse découragée, les campagnes désolées et l' épargne sans argent. On faisoit les payements avec des pièces de cuir marquées d' un point d' argent au milieu" C' était grande pitié au duché de Bretagne. Anne de Bretagne n'a que douze ans et pas d' alliés.La situation est désespérée.

Bilan : En dépit de trente ans de politique d' indépendance, le règne de François II aboutit à un échec.La conjoncture interntionale privait la Bretagne d' alliés face à une France qui venait de "digérer" l' État Bourguignon et avait donc les mains libres.L' armée bretonne était affaiblie par le double jeu de plusieurs de ses chefs, notamment aux frontières. La bourgeoisie bien qu' active, l' administration, bien que correctement organisée, ne pouvaient dégager suffisamment de moyens pour contrer une France plus forte et désormais libre de ses mouvements. Les Bretons restèrent tout de même assez puissants pour monnayer leur intégration à la France pendant plus de trente ans. (L' État breton tome 2 de l' Histoire de la Bretagne et des Pays Celtiques, Morlaix, Skol Vreizh, 1966)

* 1490 : Anne se marie par procuration avec Maximilien d'Autriche, mais Charles VIII l'oblige à rompre ce mariage, et épouse Anne en 1491.
Revenir en haut Aller en bas
http://annaelle29.forums-actifs.com
 
Des principautés au duché : Bretons et Carolingiens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» chapeaux bretons
» hiéroglyphes bretons
» Lien vers vieilles photos de châteaux bretons
» EXPOSITION DE COSTUMES BRETONS A REDENE A 20 MN DE LORIENT
» Site de prénoms bretons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Amitiés :: HISTOIRE DE LA BRETAGNE-
Sauter vers: